Archive annuelle 2014

ParCollectif l'Unité du Droit (CLUD)

Droit(s) de la Mort (le colloque)

Un colloque (13 & 14 novembre 2014) a eu lieu au Mans sur deux journées organisées en trois demies-journées qui correspondaient à la présentation contextuelle (jeudi 13 novembre 2014) puis aux deux tomes du Traité des nouveaux droits de la Mort (vendredi 14 novembre 2014).

Il a eu lieu à l’Université du Maine avec pour porteur principal le laboratoire Themis-Um (ea 4333, Université du Maine) et plusieurs organismes associés : le Cersa (umr 7106, Université Paris II, Cnrs) ; le C3RD (Université catholique de Lille), l’Institut français de formation des professions du funéraire (IFFPF), le magazine Résonance funéraire, le Laboratoire Méditerranéen de Droit Public & le Collectif l’Unité du Droit (dont les 3 porteurs scientifiques étaient membres).

 

ParCollectif l'Unité du Droit (CLUD)

Notre 1ère Université d’été (14 juillet 2014 – La Pinardière)

Elle s’est achevée le 14 juillet 2014
et a donné lieu à de fructueux échanges et ateliers :
notre première Université d’été !

1) Son programme était annoncé ICI

2) & son reportage photo est là :

 

 

ParMathieu TOUZEIL-DIVINA

Initiation au Droit

C’est avec émotion, et un peu de fierté même, que le Collectif l’Unité du Droit est heureux de vous annoncer la parution de son premier ouvrage …. dont une seconde édition est sortie en 2014 avec une préface de M. le Président du Conseil constitutionnel, Jean-Louis Debré :

Initiation au Droit :
introduction encyclopédique
aux études
& métiers juridiques

Cet ouvrage a reçu, lors de la sortie de sa première édition, les honneurs d’une très belle réception le 04 novembre 2011 au Conseil constitutionnel
puis d’une seconde, dans le même lieu prestigieux, le 18 juin 2014 pour la 2nde édition :

Vous trouverez alors dans la présente rubrique, tous les éléments de présentation qui y sont relatifs :

et bien entendu quelques
« bonnes feuilles » à l’instar :

et même quelques souvenirs des deux réceptions données au Conseil constitutionnel, sous la présidence de M. le secrétaire général Marc Guillaume, pour la sortie des deux éditions successives :

en 2011 :

 

en 2014 :

 

 

ParMathieu TOUZEIL-DIVINA

Initiation au Droit (le retour !) : sortie & présentation de la seconde édition

On l’annonçait mi-mai comme l’un des 10 événements des 10 ans du Clud (2014)
et la voici en effet en librairie(s) dès le 03 juin prochain :

la 2nde édition de l’Initiation au Droit
réalisée grâce à ses 99 contributeurs !

La seconde édition de la présente initiation au Droit est destinée, en priorité, aux futurs et nouveaux étudiants juristes. C’est à eux que cet ouvrage est dédié afin que leur soient présentées, sous une forme renouvelée, les études de Droit. Quels en sont les principaux aspects ? Comment à partir « du » Droit, distingue-t-on cette multitude de droits particuliers, de matières enseignées dans les Universités ? Quels métiers y conduisent et comment se déroulent les études « en Faculté » ?

Concrètement, l’ouvrage est construit en deux parties : dans la première, sont exposées les différentes « branches » du Droit : d’abord, les sept plus importantes (dites matricielles : droits constitutionnel, européens, (civil) des obligations, administratif, pénal, international et l’histoire du Droit) accompagnées de leurs matières dérivées (procédure, contentieux, institutions, etc.). Viennent ensuite les champs d’étude dits d’« Unité du Droit » et qui – transdisciplinaires par essence – vont au-delà des divisions classiques et académiques public / privé ; national / international ; historique, philosophique, sociologique ou positif etc. Puis, dans une seconde partie, un glossaire a été constitué et comprend plusieurs notices décrivant concrètement les études et les métiers du Droit. C’est donc une vision résolument panoramique mais aussi pratique et accessible qui a été mise en avant et ce, sans oublier nombre de matières souvent totalement ignorées (car très spécialisées) des présentations classiques. Alors, par-delà les frontières académiques, une association de juristes (praticiens et universitaires) s’est ainsi donné pour but non pas de rédiger une succession de résumés de cours mais d’offrir de façon encyclopédique un aperçu (le plus complet possible) des multiples facettes du Droit. Cette seconde édition propose des notices toutes mises au courant des dernières actualités juridiques (législatives, réglementaires mais aussi jurisprudentielles). En outre, l’Initiation au Droit s’est enrichie pour rendre compte de mouvements juridiques contemporains tels que la globalisation ou mondialisation du Droit. Concernant les études, enfin, ce sont quelques conseils méthodologiques qui y ont fait leur apparition à côté d’une présentation d’Instituts comme les IEJ et les IPAG.

L’ouvrage est alors un recueil de points de vue et de témoignages destiné à passer le relais aux futurs juristes…

MTD

L’ouvrage a même eu l’honneur d’être préfacé cette année
par M. Jean-Louis Debré,
Président du Conseil constitutionnel
(lisez sa préface en ligne ICI)

& il sera présenté au public
en présence de plusieurs auteurs et de futurs lecteurs

le 18 juin 2014 à partir de 20 heures
au Conseil constitutionnel …

(NB : réception sur invitation personnelle)

ParCollectif l'Unité du Droit (CLUD)

Université d’été du Clud ! (13-14 juillet 2014)

Chers adhérents et sympathisants,
dans le cadre des 10 événements de nos 10 ans,
le CLUD a décidé cette année de mettre en place une Université d’été.

Celle-ci aura lieu les 13-14 juillet 2014 à Amné-en-Champagne
(à 20 km à l’ouest du Mans- Sarthe) dans un gîte loué pour l’occasion.

Le programme prévisionnel (au 29 juin 2014) de notre réunion est a priori le suivant :

* dimanche 13 juillet (11.00 / 12.30) : Assemblée Générale du Clud

* dimanche 13 juillet au midi : pique-nique du Clud (chacun apporte ce qu’il peut / veut) !

* dimanche 13 juillet (14.30 / 16.00) : atelier I « éditorial » : préparation des deux ouvrages des 10 ans du Clud : (pour ceux qui le désirent) de préparation des deux ouvrages des 10 ans du Clud (qui sortiront début 2015) ; un recueil « best-of » de toutes nos publications des 10 dernières années (Epitoge, site, colloques, conférences, ateliers …) ainsi qu’un  livre album photos (collector & souvenir) ;

* dimanche 13 juillet (16.30 / 18.30) : atelier II « jeunes chercheurs » : présentation par des membres de l’association doctorants ou jeunes docteurs de leurs travaux (en cours ou achevés) ; une fois la présentation faite (15 min chronométrées), une discussion (de 15 min également) s’engagera ensuite l’ensemble des membres présents ce qui permettra à nos jeunes chercheurs de confronter leurs théories et leurs propositions par-delà l’Unité du Droit. On y annonce chronologiquement et selon l’avancée de leurs travaux de doctorat les  présentations de :

– Mme Mélina Elshoud (justice(s) de droit public en méditerranée) ; 1ère année de thèse ; droit public ;
– M. Antonin Gelblat
(constitutionnalisation(s) du droit parlementaire) ; 3ème année de thèse ; droit constitutionnel ;
– M. Clemmy Friedrich
(éléments historiques et prospectifs d’un concept : le contrat administratif) ; 3ème année de thèse ; droit administratif ;
– Mme Josepha Dirringer
(thèse (sur les sources de la représentation collective des salariés) soutenue et honorée), désormais maître de conférences dans une Université voisine ; droit du travail.

* dimanche 13 juillet au soir : repas et fête des 10 ans du Clud ! (barbecue, finale d’une coupe du monde au cas où certains seraient familiers des liens entre droit et football  & feux d’artifice !)

* lundi 14 juillet (11.00 / 12.00) : atelier III : « L’unité du Droit et …. » ; présentation par un ou plusieurs de nos membres d’une allocution (15 min chronométrées) sur le thème de l’Unité du Droit dans tel secteur, tel domaine, telle branche, telle question juridique (etc.) ou de façon générale …. Il est alors convenu que la ou les meilleure(s) contribution(s) (à l’applaudimètre) se verront publiée(s) dans l’ouvrage « best of » des 10 ans du Clud …. Parmi les contributions proposées, nous entendrons :

– M. Antoine Touzain (doctorant en droit privé) sur « L’imputation de la responsabilité » confrontée à l’Unité du / des droits ;
– Mme Charikleia Vlachou
(doctorante en droit public) sur « Le contrôle juridictionnel des actes des organismes de l’Union européenne au regard de l’Unité du Droit » ;
– et M. Frantz Mynard,
maître de conférences en histoire du Droit, sur « l’Unité du / des droits » vue par un historien.

* lundi 14 juillet au repas de midi : pique-nique de départ

 

Le comité manceau organisateur rappelle aux adhérents intéressés :

– qu’ils doivent rapidement nous informer de leur venue ;
– indiquer s’ils dormiront sur place et – si oui – combien de nuits (arrivée le 12 au soir ? nuit du 13 ? du 14 ?) le gité étant loué jusque plus tard au besoin ….

NB : oui le CLUD n’étant toujours pas riche,
il sera demandé à chacun une participation aux frais …

ParCollectif l'Unité du Droit (CLUD)

Conférence René Levasseur XV : Des abolitions des esclavages (24 avril 2014)

Voici la dernière (pour 2014 au moins) & 15ème édition des Conférences René Levasseur organisées par le Collectif l’Unité du Droit et le laboratoire Themis-Um (ea 4333) de l’Université du Maine.

Pour cet anniversaire et celui d’un acte fondateur dudit René Levasseur, un hommage est organisé pour célébrer dignement l’événement ;
le tout étant inscrit dans les 10 événements des 10 ans du Clud :

Programme de la Conférence :

14.30 Allocutions d’ouverture :

– Représentants des organisateurs de la Conférence

« Des Abolitions des esclavages ! » et de l’exposition
« René Levasseur, Conventionnel de la Sarthe, auteur de la motion abolissant l’esclavage » :

– Université du Maine, Faculté de Droit,
– Laboratoire juridique « Themis-Um » (ea 4333)
Société des Amis de la Révolution Française
– & Collectif L’Unité du Droit.

– Texte de M. Frédéric Régent
Maître de conférences en histoire (IRHF, Sorbonne), Auteur de « La France et ses esclaves »

15.00 Des abolitions idéologiques & normatives des esclavages  

– François Cesse & Emilie Trémorin, Etudiants en droit public (Master I) sous la direction de M. le pr. Mathieu Touzeil-Divina

 15.30 Un exemple d’esclavagisme et son abolition : l’île de Saint-Martin  

– Samy Azzam, Doctorant en droit public (Université du Maine), Themis-Um, Clud (Laboratoire Méditerranéen de droit public)

16.00 L’exemple de l’abolition à Saint-Domingue : amorce d’une assimilation des colonies

– Frédéric Charlin, Maître de Conférences (histoire du Droit), Université de Bourgogne

16.30 Un exemple républicain d’esclavagisme ? Les colonies après 1848

– Jean-Baptiste Pierchon, Maître de Conférences (histoire du Droit), Université du Maine, Themis-Um, Laboratoire Méditerranéen de droit public

17.00 Un exemple de lutte contre l’esclavagisme moderne

– Marietta Karamanli, Députée de la 2ème circonscription de la Sarthe, Membre de la Commission des Lois

17.30 René Levasseur (1747-1834) : l’Egalité chevillée au cœur

– Mélina Elshoud, Doctorante contractuelle en droit public (Université du Maine), Themis-Um, Clud (Laboratoire Méditerranéen de droit public)

– Mathieu Touzeil-Divina, Professeur de droit public à l’Université du Maine,
Co-directeur du laboratoire Themis-Um, Président du Collectif L’Unité du Droit, Laboratoire Méditerranéen de Droit Public

18.00 Allocutions de clôture :

– Christiane Taubira, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, Rapporteur de la Loi du 21 mai 2001 tendant à la reconnaissance des traites et des esclavages comme crime contre l’Humanité

– Rachid El Guerjouma, Président de l’Université du Maine

Encadrait cet événement une exposition dont voici l’invitation et le programme :

ParCollectif l'Unité du Droit (CLUD)

3ème édition des 24 heures du Droit : Droit(s) du football

Ils sont déjà là !

Moins de deux mois après la tenue du colloque des 24 heures du Droit, nous avons le plaisir de vous annoncer la parution aux Editions l’Epitoge (diffusion Lextenso) / Collectif l’Unité du Droit des actes du colloque « Droit(s) du football » ; manifestation qui s’est déroulée le 04 avril 2014 au Mans au coeur du stade (et de l’écrin footballistique) du MMArena.

Ce 17 juin 2014, en pleine coupe du monde, le pr. Touzeil-Divina a été reçu audit MMArena par son directeur, Mme Inès Rambure-Mirigay et M. Baron, chargé de communication. Mille mercis à eux pour leur soutien, leur accueil en avril dernier et ces très belles photographies qui mettent l’ouvrage à l’honneur !

Pour plus de détails sur cet opus :

Volume IX : Droit(s) du football

Ouvrage collectif
(Direction Mathieu(x) Maisonneuve & Touzeil-Divina)

– Sortie : 03 juin 2014
– Prix : 39 €

  • ISBN : 979-10-92684-03-2

Présentation :

Les actes du présent colloque s’inscrivent dans le cadre de l’atelier « Droit(s) du football » du Collectif L’Unité du Droit. Ils s’inscrivent aussi dans le prolongement des deux premières éditions, à l’Université du Maine, des « 24 heures du Droit » dont ils constituent la troisième matérialisation.

L’ouvrage est placé sous la direction scientifique des professeurs Mathieu Touzeil-Divina et Mathieu Maisonneuve, respectivement professeurs de droit public aux Universités du Maine et de la Réunion et sa sortie coïncide, sans hasard, avec la 20e édition de la Coupe du monde de football (Brésil, juin 2014). Les actes ici proposés diffèrent en outre des angles déjà analysés dans plusieurs ouvrages dédiés aux droits du sport, ce qui en justifie scientifiquement la tenue. Spécialement relatifs au(x) droit(s) du football, ils n’ont pas la généralité de l’excellent manuel de Droit du sport (de l’équipe Aix-Auvergne ; Lgdj ; 3e édition ; 2012) et ne sont pas des décalques de précédents colloques et ce, ni sur le fond (Droit et football ; Lgdj ; 2012) ni sur la forme (Droit et rugby ; Lextenso ; 2013). A cet égard, le projet ici porté ne s’appelle précisément pas « Droit & Football » ou « Football & Droit » mais bien « Droit(s) du football ». Il a pour objectif(s) de traduire la notion d’Unité(s) du Droit et utilise pour ce faire le plan romaniste historique : hommes, choses et actions. Pour toutes ces raisons, il vous est proposé de chausser vos crampons juridiques et de sortir les maillots de votre équipe (doctrinale ?) préférée !

Colloque réalisé et ouvrage publié avec le concours du Collectif L’Unité du Droit, de la Fédération française de Football ainsi que des laboratoires juridiques Crj & Themis-Um.

Ont participé à l’ouvrage (par ordre d’apparition) : les professeurs Mathieu(x) Maisonneuve et Touzeil-Divina, le pr. Franck Latty, Mmes Mélina Elshoud & Manon Massart, MM. Thibault Cado, Jean-Rémi de Maistre et Jonathan Proust, M. Morgan Sweeney, MM. Yvan Marjault & Charles Bosvieux, MM. Antonin Gelblat & Ludovic Legrand et le pr. Mathieu Touzeil-Divina), Mmes Séverine Salignat et Stéphanie Willman et M. Maxime Tetillon, le pr. émérite Philippe Jestaz, le pr. Mathieu Maisonneuve, M. Christophe Mondou, M. Thomas Lemieux, le pr. Frédéric Buy, Maître Lionel Parienté, le pr. Fabrice Gréau et les professeurs Hélène Hoepffner & Denys Simon.

ParCollectif l'Unité du Droit (CLUD)

3ème édition des 24 heures du Droit : 04 avril 2014 (Le Mans, MMarena)

Trois ans !

Les « 24 HEURES DU DROIT » sont heureuses de souffler leur troisième bougie. Alors que d’aucuns avaient pu douter d’une réussite du projet, les deux premières éditions (16 décembre 2011 et 05 avril 2013) ont remporté un franc et massif succès et accueilli plusieurs centaines de participants.

Les « 24 HEURES DU DROIT » ont en ce sens reçu un puissant soutien des institutions académiques de l’Université du Maine sollicitées (Université, Ecole Doctorale Pierre Couvrat (ED 88) (site du Mans & collège doctoral de Poitiers) & laboratoire Themis-Um (EA 4333)) et sont organisées en collaboration avec l’association Collectif l’Unité du Droit. Surtout, le projet se veut propre à la communauté universitaire et juridique. Plus qu’une « simple » journée d’études universitaires, les « 24 HEURES DU DROIT », qui ne renient pas leur implantation mancelle et font ainsi un clin d’œil à l’ensemble des manifestations sportives et culturelles réalisées chaque année en Sarthe, combinent trois moments-clefs distincts et réalisés en priorité par et pour les étudiants juristes de l’Université du Maine ainsi que des cinq sites académiques de l’Ecole doctorale Pierre Couvrat (Poitiers, Limoges, La Rochelle, Angers & Le Mans).

Le projet a de surcroît la chance et l’honneur, les années précédentes d’avoir été placé sous le haut parrainage de Robert Badinter, Guy Carcassonne et Costa-Gavras.

Cette année, c’est le président Jean-Louis Debré qui nous apporte son haut patronage.

Pour cet événement inscrit dans le cadre des 10 ans du Clud,
reportez-vous au site dédié : http://www.24hdudroit.org

I. Tout d’abord, les « 24 HEURES DU DROIT » débuteront en 2014, comme pour nos deux premières éditions, par un colloque issu du cycle des « Conférences René Levasseur » et intitulé : « Droit(s) du Football ! » (en partenariat avec des représentants et membres de l’UEFA et de la FFF).  Ce colloque qui aura lieu dans l’écrin footballistique qu’est le MMArena (Le Mans Stadium) s’inscrit dans le cadre de l’atelier « Droit du football » du Collectif L’Unité du Droit. Il est placé sous la direction scientifique des professeurs Mathieu Touzeil-Divina et Mathieu Maisonneuve, respectivement professeurs de droit public aux Universités du Maine et de la Réunion. Il sera réalisé en partenariat avec plusieurs laboratoires du Mans (en Droit : Themis-Um (ea 4333) et en Staps : Vips (Violences Identités Politiques & Sports) (ea 4636)) ainsi qu’avec le laboratoire Crj (Centre de Recherches Juridiques (ea 14)) de la Réunion. Des institutions (internationales et locales) seront également appelées en soutien. La période choisie (04 avril 2014) sera également l’occasion d’offrir un clin d’œil au premier ouvrage entrepris par le pr. Maisonneuve (Droit et coupe du monde ; Economica ; 2011) et ce, quelques mois avant la 20ème édition de la Coupe du monde de football (Brésil, juin 2014). Les actes ici proposés diffèreront cependant des angles déjà analysés dans plusieurs ouvrages dédiés aux droits du sport, ce qui en justifiera scientifiquement la tenue. Spécialement relatifs au(x) droit(s) du football, ils n’auront pas la généralité de l’excellent manuel de Droit du sport (de l’équipe Aix-Auvergne ; Lgdj ; 3ème édition ; 2012) et ne seront pas des décalques de précédents colloques et ce, ni sur le fond (Droit et football ; Lgdj ; 2012) ni sur la forme (Droit et rugby ; Lextenso ; 2013). A cet égard, le projet ici porté ne s’appellera précisément pas « Droit & Football » ou « Football & Droit » mais bien « Droit(s) du football ». Il a pour objectif(s) de traduire la notion d’Unité(s) du Droit et utilise pour ce faire le plan romaniste historique : hommes, choses et actions. Pour toutes ces raisons, il vous est proposé de chausser vos crampons juridiques et de sortir les maillots de votre équipe (doctrinale ?) préférée.

II. Deuxième temps en fin de journée, déjà plus détendu, ce sont l’ensemble des étudiants juristes de Licence I au Master I non seulement de l’Université du Maine (sites du Mans et de Laval) mais encore d’autres Universités (comme Paris Ouest Nanterre La Défense ou encore à l’Institut d’Etudes Politiques de Toulouse) qui seront conviés à participer activement aux « 24 HEURES DU DROIT » et ce, après que leurs aînés ont participé aux Conférences. Dans ce nouveau cadre, et sous l’œil vigilant d’enseignants mais aussi d’étudiants des deuxième et troisième cycles (co-organisateurs), les aspirants au grade de « Licencié en Droit » et de « Master I » se rencontreront et se livreront combat – en équipes – autour du thème de l’Unité du droit (et des matières qu’ils auront rencontrées au cours de leur cursus).

Alors, dans des pastiches de jeux (type jeux télévisés et / ou de questions), ils s’affronteront au cœur d’un jeu intitulé « Qui veut gagner des Foucart ? » et ce, jusqu’à la désignation des meilleurs et / ou des plus chanceux. Il se murmure que de nouvelles équipes non ligériennes se prépareraient à intégrer cette deuxième mi-temps ludique : à Cergy, à Dauphine, à Grenoble et à Bordeaux IV.

III. Troisième et dernier temps, les « 24 HEURES DU DROIT » proposeront, sous la houlette et l’organisation directe des étudiants et de leurs associations ainsi qu’en partenariat avec diverses institutions de la région Pays-de-Loire ainsi que de sponsors éventuels, le troisième gala du Droit réservé aux membres de la communauté juridique : universitaires mais également praticiens.

C’est à la fête du DROIT que nous voici de nouveau conviés…. pour « 24 HEURES ».

Pr. Mathieu Touzeil-Divina,

Co-Directeur du laboratoire Themis-Um (ea 4333),
Président du Collectif l’Unité du Droit

ParCollectif l'Unité du Droit (CLUD)

Nous avons 10 ans !

Joie dans les cœurs !

Le Clud fête cette année ses 10 ans !
Pour célébrer cet événement
(qui durera toute une année en 10 manifestations)
nous avons, le 12 mars dernier,
après une très belle conférence Hauriou au Conseil d’Etat
décidé de nous retrouver pour une courte AG
suivie d’un repas républicain !

ParMathieu TOUZEIL-DIVINA

Conférence Miscellanées Hauriou au Conseil d’Etat (12 mars 2014)

Le Collectif L’Unité du Droit, la veille de la célébration de son 10ème anniversaire, organisait en salle d’Assemblée du Conseil d’Etat une conférence suscitée par un autre anniversaire : les 85 ans de la disparition du doyen Maurice Hauriou et la sortie conséquente, en librairies, d’un ouvrage collectif : les Miscellanées Maurice Hauriou (dir. Touzeil-Divina ; L’Epitoge; 2014).

Vous trouverez en ligne (ICI) le discours
de M. le Vice-Président du Conseil d’Etat.

Voici un compte-rendu rédigé par M. Vincent Gomas & Mme Manon Massart, Etudiants en Master II à l’Université du Maine (M2 – Juriste de droit public) de cet événement ainsi que quelques photographies.

Conférenciers :  Jean-Marc Sauvé, Vice-Président du Conseil d’Etat ; Bernard Stirn, Président de la section du contentieux du Conseil d’Etat ; Pierre Delvolvé, Professeur émérite de l’Université Paris II, membre de l’Institut, Jean-Arnaud Mazères, Professeur émérite de l’Université de Toulouse & Mathieu Touzeil-Divina, Professeur à l’Université du Maine, Président du Collectif l’Unité du Droit.

Dans ses propos liminaires, Jean-Marc Sauvé a d’abord insisté sur le caractère visionnaire de Maurice Hauriou. En effet, à la suite de la décision du Tribunal des Conflits du 2 décembre 1902 « Société immobilière Saint-Just », Hauriou affirme qu’il en découle « un malheur », qui est l’absence d’une procédure de référé… C’est seulement près d’un siècle plus tard, par la loi du 30 juin 2000, que ce malheur sera résolu par la mise en place des procédures d’urgence.

Par la suite, Bernard Stirn a souhaité développer ce qui lui semblent être les trois qualités principales d’Hauriou : visionnaire, prophétique et l’âme d’un artiste : visionnaire et prophétique par ses analyses et ses positions qui ont été adoptées plusieurs décennies après son décès et qui sont plus que jamais d’actualité ; artiste par une plume, un style et un verbe hors du commun et sans aucun égal aujourd’hui.

Le Professeur Touzeil-Divina s’est quant à lui intéressé aux lieux qui ont fait l’histoire de Maurice Hauriou. De sa naissance le 17 aout 1856 à Ladiville en Charente à son décès le 12 mars 1929 à Toulouse, en passant par Angoulême et Bordeaux où il fit ses humanités, chaque lieu révèle une partie de la personnalité de celui qui repose désormais à Nonac, sur les terres Charentaises, là où il aimait venir se ressourcer régulièrement. Cependant, le lieu qui correspond le plus au souvenir d’Hauriou reste bien entendu Toulouse, Université à laquelle il est associé et dont il a été longtemps le doyen.

Esnuite, le Professeur Delvolvé s’est penché sur les rapports entre Hauriou et l’Université. Il convient de préciser tout d’abord que, contrairement à ce que l’on pourrait croire, Hauriou est avant toute chose un romaniste et un civiliste : il a fait une thèse intitulée « Du terme en droit romain et en droit français » puis une autre sur « les contrats à titre onéreux entre époux ». Par ailleurs, à son arrivé à l’Université de Toulouse, il fut chargé de l’enseignement du cours d’Histoire générale du droit. Cependant, son universalité  est remarquable, et c’est ce qui lui permettra de devenir également un grand publiciste resté à la postérité. Il se distingue également par son esprit « critique » selon le Professeur Delvolvé, qui voit en lui un esprit « critique » (au sens noble du terme) envers la doctrine et la jurisprudence, et toujours avec une grande indépendance. Cet esprit critique se distingue notamment dans sa célèbre note sur la décision du Tribunal des Conflits du 9 décembre 1899 « Association syndicale du Canal de Gignac ». En effet, suite à cette décision posant le principe selon lequel un établissement public se caractérise par les prérogatives de puissance publique dont celui-ci pouvait faire usage, Hauriou s’exclame « On nous change notre Etat ! ». Selon lui, « ce qui est grave, c’est d’incorporer à l’administration de l’État des entreprises qui ne sont pas d’intérêt public ». En l’occurrence, le publiciste toulousain voyait en effet se profiler, derrière la décision du Tribunal des conflits, l’amorce d’une confusion entre l’intérêt public et l’intérêt collectif, et au-delà, l’irrésistible mouvement de l’État vers le collectivisme. Symbole de cet esprit critique qu’il savait constamment imposer.

Enfin, le professeur Mazères a exposé les liens unissant Maurice Hauriou et Toulouse (la Ville et l’Université). Lui-même toulousain et professeur dans cette Université, J-A Mazères a d’abord précisé que cette Ville était à l’image du grand Professeur que fut Hauriou : libre et indépendante. Il a ensuite insisté sur le « vitalisme » du Professeur Toulousain, influencé par le philosophe Henri Bergson, notamment par la puissance, qui inclut le mouvement mais aussi le « pouvoir » de faire. Et, il a également tenu à aborder le « vitalisme collectif » d’Hauriou. Celui-ci se réalise dans le « social », ce qui, pour lui, se réfère à la notion de « groupe », de « commun », de « collectif ». C’est d’ailleurs dans cette logique qu’il porte la notion de « vitalisme de l’institution ».