Monthly Archivemars 2014

ByMathieu TOUZEIL-DIVINA

Conférence Miscellanées Hauriou au Conseil d’Etat (12 mars 2014)

Le Collectif L’Unité du Droit, la veille de la célébration de son 10ème anniversaire, organisait en salle d’Assemblée du Conseil d’Etat une conférence suscitée par un autre anniversaire : les 85 ans de la disparition du doyen Maurice Hauriou et la sortie conséquente, en librairies, d’un ouvrage collectif : les Miscellanées Maurice Hauriou (dir. Touzeil-Divina ; L’Epitoge; 2014).

Vous trouverez en ligne (ICI) le discours
de M. le Vice-Président du Conseil d’Etat.

Voici un compte-rendu rédigé par M. Vincent Gomas & Mme Manon Massart, Etudiants en Master II à l’Université du Maine (M2 – Juriste de droit public) de cet événement ainsi que quelques photographies.

Conférenciers :  Jean-Marc Sauvé, Vice-Président du Conseil d’Etat ; Bernard Stirn, Président de la section du contentieux du Conseil d’Etat ; Pierre Delvolvé, Professeur émérite de l’Université Paris II, membre de l’Institut, Jean-Arnaud Mazères, Professeur émérite de l’Université de Toulouse & Mathieu Touzeil-Divina, Professeur à l’Université du Maine, Président du Collectif l’Unité du Droit.

Dans ses propos liminaires, Jean-Marc Sauvé a d’abord insisté sur le caractère visionnaire de Maurice Hauriou. En effet, à la suite de la décision du Tribunal des Conflits du 2 décembre 1902 « Société immobilière Saint-Just », Hauriou affirme qu’il en découle « un malheur », qui est l’absence d’une procédure de référé… C’est seulement près d’un siècle plus tard, par la loi du 30 juin 2000, que ce malheur sera résolu par la mise en place des procédures d’urgence.

Par la suite, Bernard Stirn a souhaité développer ce qui lui semblent être les trois qualités principales d’Hauriou : visionnaire, prophétique et l’âme d’un artiste : visionnaire et prophétique par ses analyses et ses positions qui ont été adoptées plusieurs décennies après son décès et qui sont plus que jamais d’actualité ; artiste par une plume, un style et un verbe hors du commun et sans aucun égal aujourd’hui.

Le Professeur Touzeil-Divina s’est quant à lui intéressé aux lieux qui ont fait l’histoire de Maurice Hauriou. De sa naissance le 17 aout 1856 à Ladiville en Charente à son décès le 12 mars 1929 à Toulouse, en passant par Angoulême et Bordeaux où il fit ses humanités, chaque lieu révèle une partie de la personnalité de celui qui repose désormais à Nonac, sur les terres Charentaises, là où il aimait venir se ressourcer régulièrement. Cependant, le lieu qui correspond le plus au souvenir d’Hauriou reste bien entendu Toulouse, Université à laquelle il est associé et dont il a été longtemps le doyen.

Esnuite, le Professeur Delvolvé s’est penché sur les rapports entre Hauriou et l’Université. Il convient de préciser tout d’abord que, contrairement à ce que l’on pourrait croire, Hauriou est avant toute chose un romaniste et un civiliste : il a fait une thèse intitulée « Du terme en droit romain et en droit français » puis une autre sur « les contrats à titre onéreux entre époux ». Par ailleurs, à son arrivé à l’Université de Toulouse, il fut chargé de l’enseignement du cours d’Histoire générale du droit. Cependant, son universalité  est remarquable, et c’est ce qui lui permettra de devenir également un grand publiciste resté à la postérité. Il se distingue également par son esprit « critique » selon le Professeur Delvolvé, qui voit en lui un esprit « critique » (au sens noble du terme) envers la doctrine et la jurisprudence, et toujours avec une grande indépendance. Cet esprit critique se distingue notamment dans sa célèbre note sur la décision du Tribunal des Conflits du 9 décembre 1899 « Association syndicale du Canal de Gignac ». En effet, suite à cette décision posant le principe selon lequel un établissement public se caractérise par les prérogatives de puissance publique dont celui-ci pouvait faire usage, Hauriou s’exclame « On nous change notre Etat ! ». Selon lui, « ce qui est grave, c’est d’incorporer à l’administration de l’État des entreprises qui ne sont pas d’intérêt public ». En l’occurrence, le publiciste toulousain voyait en effet se profiler, derrière la décision du Tribunal des conflits, l’amorce d’une confusion entre l’intérêt public et l’intérêt collectif, et au-delà, l’irrésistible mouvement de l’État vers le collectivisme. Symbole de cet esprit critique qu’il savait constamment imposer.

Enfin, le professeur Mazères a exposé les liens unissant Maurice Hauriou et Toulouse (la Ville et l’Université). Lui-même toulousain et professeur dans cette Université, J-A Mazères a d’abord précisé que cette Ville était à l’image du grand Professeur que fut Hauriou : libre et indépendante. Il a ensuite insisté sur le « vitalisme » du Professeur Toulousain, influencé par le philosophe Henri Bergson, notamment par la puissance, qui inclut le mouvement mais aussi le « pouvoir » de faire. Et, il a également tenu à aborder le « vitalisme collectif » d’Hauriou. Celui-ci se réalise dans le « social », ce qui, pour lui, se réfère à la notion de « groupe », de « commun », de « collectif ». C’est d’ailleurs dans cette logique qu’il porte la notion de « vitalisme de l’institution ».

ByMathieu TOUZEIL-DIVINA

85ème Anniversaire Hauriou : Miscellanées & conférence au Conseil d’Etat (12 mars 2014)

Afin de célébrer le 85ème anniversaire
de la disparition du doyen Maurice Hauriou (1856-1929)
et la sortie
(aux
Editions L’Epitoge – Collectif L’Unité du Droit)

des Miscellanées qui lui sont consacrées,

 

M. Jean-Marc Sauvé,
vice-président du Conseil d’État

M. Bernard Stirn,
président de la section du contentieux du Conseil d’État,

& M. Mathieu Touzeil-Divina,
professeur à l’université du Maine, président du Collectif L’Unité du Droit,

vous prient de bien vouloir assister à la conférence qui sera donnée

le 12 mars 2014 à 17 h 00

au Conseil d’État
(salle d’Assemblée)
1, place du Palais-Royal
Paris Ier

ByMathieu TOUZEIL-DIVINA

Semaine H@uriou des blogs !

A l’occasion du 85ème anniversaire du décès de Maurice Hauriou (1856-1929), neuf sites partenaires ont décidé de célébrer ensemble le doyen de Toulouse autour d’un concours ludique réalisé pendant une « semaine H@auriou des blog publicistes ».

Les deux premières personnes capables de répondre aux neuf questions suivantes se verront offrir un exemplaire des Miscellanées Hauriou (2014 ; Editions L’Epitoge – Lextenso (dir. Touzeil-Divina) dédicacées par plusieurs de ses contributeurs) et ce, le 12 mars 2014 à la fin de la conférence « Hauriou » organisée au Conseil d’Etat (salle d’Assemblée générale, 17h00) :

1) qu’a d’abord (et où) enseigné le futur doyen de Toulouse ?
2) Combien de notes d’arrêts du doyen sont réunies dans l’ouvrage « Jurisprudence administrative » ?
3) A quel astre le doyen Hauriou a-t-il fait référence dans une note sous un arrêt célèbre ?
4) Hauriou aurait-il été (prouvez-le) un défenseur des gender studies ?
5) L’artiste qui a réalisé le premier buste de Maurice Hauriou est connu pour avoir célébré un célèbre homme politique contemporain et ami du doyen. De qui s’agit-il ?
6) Pourquoi, selon Maurice H, nous change-t-on notre Etat ?
7) Quand et de quel lieu a été signée la préface à la huitième édition du précis de droit administratif ?
8) Y-a-t-il, selon Maurice, un lien entre tabac et moralité ?
9) De quelle espèce est l’arbre qui pousse le plus près du corps d’Hauriou (et ce n’est pas du gui !) ?

Pour participer, envoyer vos réponses argumentées avant le 09 mars 2014 (minuit) à l’adresse dédiée : hauriou@unitedudroit.org. Toutes les réponses figurent – notamment – sur les sites des partenaires suivants : Collectif l’Unité du Droit (http://www.unitedudroit.org), Editions l’Epitoge (http://www.l-epitoge.com), Combats pour les droits de l’Homme (http://combatsdroitshomme.blog.lemonde.fr), Le blog droit administratif (http://www.blogdroitadministratif.net), Droit Cri-Tic (http://www.koubi.fr/), la Revue générale du Droit (http://www.revuegeneraledudroit.eu), Drôle d’en-droit (http://www.guglielmi.fr), Les Chevaliers des grands arrêts (http://chevaliersdesgrandsarrets.com) & Chez Foucart (http://www.chezfoucart.com).

Vous pouvez également (sans forcément participer au concours) vous inscrire à la conférence du 12 mars 2014 (à la même adresse hauriou@unitedudroit.org). Lors de cette manifestation, nos conférenciers seront les Présidents Sauvé et Stirn (Conseil d’Etat) ainsi que les professeurs Delvové et Mazères.

ByCollectif l'Unité du Droit (CLUD)

10 ans ! 10 événements !

 

Dix ans …. Dix événements  !

Voici la liste des 10 événements célébrant nos dix années officielles d’existence :

voyez ici notre article & compte-rendu sur cet événement !

Voyez également en ligne le discours prononcé par M. le Vice Président du Conseil d’Etat à cette occasion.

  • 21 septembre 2014 : nouvelles publications des Editions l’Epitoge
    Actes de colloque (sur la fragmentation du Droit) et thèses de MM. Ricou & Sweeney
  • 13 novembre 2014 : exposition et sortie officielle du premier traité des Editions l’Epitoge
    Traité des nouveaux droits de la Mort (dir. Boudet, Bouteille-Brigant & Touzeil-Divina)
  • 14 novembre 2014, Université du Maine (Le Mans, Faculté de Droit ; dès 09h00) :
    Colloque de restitution du traité des nouveaux droits de la mort
  • 14 décembre 2014 : sortie du « best-of » 10 ans du Clud !

Merci à M. Pierre Larvol, membre du Clud, pour sa très précieuse aide.