A propos des propositions Vogel (Enseignement du Droit)

ParCollectif l'Unité du Droit (CLUD)

A propos des propositions Vogel (Enseignement du Droit)

Le présente compte rendu – principalement rédigé par M. Benjamin Ricou (merci à lui) – retrace quelques-unes de nos discussions au sein de l’atelier « enseignement du Droit (EDD) » en date du 13 mai 2011 ; un rapport et des contre-propositions sont en cours de rédactions et seront prochainement diffusées en ce sens.

Ce document est donc à usage strictement interne et n’est pas encore une position officielle du Collectif ou de ses membres.

Discussion autour des « propositions Vogel » issues de l’ouvrage  » L’université, une chance pour la France », Paris, PUF, 2010 ainsi que du Rapport du Conseil national du droit (Litec ; 2011).

La discussion de l’atelier du Collectif l’Unité du Droit s’est tenue le 13 mai 2011 à Nanterre et ce, autour des propositions suivantes :

Proposition 1. Revoir la pédagogie (A. Gelblat)

Selon L. Vogel, le cours d’amphithéâtre est dépassé et doit être remis en cause car :

–  le nombre réduit d’étudiants favorise la qualité du cours

–  il privilégie l’enseignement exhaustif du contenu des disciplines à une véritable réflexion. L. Vogel propose alors de mettre le cours en ligne sur Internet. Grâce au temps gagné, il serait possible de diviser un amphithéâtre en trois, ce qui renforcerait l’interaction étudiant / professeur.

Critiques de la proposition :

–  elle nécessite une augmentation du corps enseignant

–  les cours en ligne ne favorisent pas nécessairement les étudiants ayant des difficultés de compréhension

–  difficultés, pour l’enseignant, de mettre suffisamment à l’avance son cours en ligne (+ pb. éventuellement des droits d’auteur)

–  les cours vidéo ne permettent pas à l’étudiant de gagner du temps

–  une telle méthode existe déjà en médecine, mais elle provoque la cacophonie dans les amphithéâtres

–  elle pose nécessairement un problème de formation des enseignants à ces techniques

Propositions du CLUD, pour ce qui concerne les CM :

–  développer les Powerpoint (L1 très demandeurs). Surtout valable pour leur côté divertissant et pour les schémas. Mais présentent le risque que les étudiants se limitent à eux.

–  brainstorming en amphithéâtre

–  organisation de votes en amphi sur certaines questions

–  faire des courtes pauses de 2/3 min pour permettre aux étudiants de consolider leurs notes (peu praticable)

–  distribuer des QCM en fin de cours et les corriger au début du cours suivant

–  faire participer les étudiants en amphi, mais seulement à compter de la L3

–  éventuellement interdire les pc portables en amphi et/ou neutraliser le WIFI

Propositions du CLUD, pour ce qui concerne les TD :

–  maintien du cours d’amphithéâtre

–  développer les simulations (procès fictifs, quizz)

–  Diversifier les critères d’évaluation

–  Valoriser le travail des étudiants : publier en ligne, par exemple, les meilleurs travaux ; créer un blog par équipe de td ; organiser des remises de diplôme à la fin du M2

–  face à la culture de la note-sanction, il pourrait être envisagé, comme il se fait en Allemagne, de proposer des séminaires et de ne noter qu’en fin de Licence, ce qui permettrait de changer les rapports entre les enseignants et les étudiants (mais système peu praticable, voire dangereux).

Proposition 2. Ne pas spécialiser dès la 1re année (V. Mazzocchi)

L. Vogel propose de créer des « collèges où se poursuivraient des études plus ouvertes et plus intéressantes intégrant des enseignements en sciences, lettres ou humanités ». Des cours spécialisés ne seraient accessibles qu’une fois la licence obtenue.

Position du CLUD :

Le CLUD constate que l’enseignement généralisé incombe en premier lieu au lycée, et non à l’Université.

Il y a peu d’intérêt à la restauration de l’année de propédeutique, cette proposition entraîne surtout le risque de la création de deux types d’universités :

–  les Universités d’excellence, qui ont les moyens

–  les petites structures, qui ne feront que cette année à la formation de l’université

Proposition 3. Différencier les universités (…)

Proposition 4. Diversifier les parcours au sein de chacune des universités (A. Loiseau)

Pour L. Vogel, il faut diversifier les parcours des étudiants car :

–  les étudiants entrant en Université n’ont plus nécessairement pour objectif le doctorat alors que les parcours ont très peu changé

–  le public universitaire n’est plus uniforme ; il est diversifié et d’origines sociales distinctes.

L. Vogel propose deux solutions :

– développer les licences professionnelles

– différencier dès la 1re année, ce qui est fait à Assas, les parcours selon les capacités des étudiants (formation traditionnelle – concerne 80% des inscrits ; parcours réussite – suppression de 3 matières juridiques et ajout de cours de français, de culture générale, etc. ; parcours d’excellence – ajout de matières juridiques).

Position du CLUD :

– Il paraît irréaliste de supprimer des matières juridiques à ceux qui en ont le plus besoin.

– un parcours d’ « excellence » ne semblerait envisageable qu’à compter du M2

– Il faudrait procéder à une évaluation à la fin du 1er semestre de L1, voire à la fin de la 1re année. Et ensuite classer les étudiants dans les 3 groupes sus évoqués.

Proposition 5. Admettre des dérogations au système post bac

Le CLUD est très circonspect sur cette question (sic).

Proposition 6. Abandonner l ‘idée d’une sélection en 1ère année à l’Université (B. Ricou)

Pour L. Vogel, il ne faut plus considérer que l’échec actuel de l’Université est dû au nombre important d’étudiants, mais qu’il résulte de l’incapacité du système à orienter correctement ces des derniers et à répondre à leurs besoins. De sorte qu’établir une sélection en 1re année serait inutile et inopportun.

Position du CLUD :

Le Collectif adhère à cette idée, considérant que la 1re année est déjà suffisamment sélective. En outre, sélectionner sur des critères autres que ceux en lien avec la formation universitaire choisie serait parfaitement inutile et contreproductif.

Le CLUD adhère à la piste envisagée par Axel Kahn, s’il était décidé une telle sélection : instituer, en corolaire de la sélection à l’entrée de l’université, des filières non parallèles non sélectives basées sur le modèle du « college » anglo-saxon.

Proposition 7. Rééquilibrer les pouvoirs internes au profit des universitaires (Mondou)

Pour L. Vogel, la LRU confie trop de compétences au Président. Il faut donc que la LRU retrouve un équilibre, c’est-à-dire que le président « redistribue » certaines de ses compétences aux différents conseils.

Propositions du CLUD :

– renforcer la présence des universitaires dans les conseils

– revenir à la gouvernance partagée (dont le sens est à préciser)

Proposition 8. Favoriser les regroupements sans nuire aux disciplines minoritaires (Cl. Friedrich)

(…)
Proposition 9. L’introduction de droits d’inscription progressifs (Gourcuff)

L. Vogel justifie cette mesure par deux éléments :

– chaque étudiant doit payer selon ses capacités financières

– besoin pallier les difficultés financières des Universités.

Position du CLUD :

C’est une idée intéressante, mais se pose néanmoins le problème du respect du principe d’égalité. Il s’agit là d’une question d’Etat, et non pas une question d’Université. C’est à l’Etat investir. Et le système tel qu’il est établi sur ce point est plutôt bon.

Proposition 10. Favoriser l’investissement des entreprises (M. Sweeney)

L. Vogel invite à imiter les grandes écoles et à tout faire pour favoriser ce type d’investissement :

– créer et entretenir des réseaux d’anciens

– créer des bureaux de stages

– créer des évènements à destination des professionnels

Position du CLUD :

Il s’agit là d’une bonne proposition, mais dans l’unique mesure où les entreprises n’ont aucun droit de regard sur la formation. Il doit également y avoir une transparence à faire sur la façon d’utiliser les fonds.

(…)

La séance est levée à 19H.

À propos de l’auteur

Collectif l'Unité du Droit (CLUD) administrator

Laisser un commentaire